interculturalite-japon

2020 année de l’interculturalité

La SOP 2020 sous le signe de l’interculturalité

En 2020, année des Jeux, le thème choisi pour la Semaine Olympique et Paralympique est l’interculturalité. Le brassage culturel caractéristique du monde du sport trouve son paroxysme au cours des Jeux Olympiques et Paralympiques, festival de mélange des cultures par excellence, pendant lequel un pays accueille le monde tout en faisant rayonner sa propre culture. L’année 2020 est une parfaite illustration de ce brassage culturel avec pas moins de trois Jeux, les Jeux Olympiques de la Jeunesse, les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques. Occasion d’échanges, de voyages, de dialogues entre les cultures, en 2020, plus que jamais, l’interculturalité est au cœur de l’actualité.


« Le but de l’olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’humanité en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine. »
Principes fondamentaux de l’olympisme, Charte olympique.


Dans le monde sportif, les opportunités de se rassembler ont débuté par les Jeux Olympiques de la Jeunesse, organisés à Lausanne du 9 au 22 janvier 2020. Ces Jeux ont permis à 1880 athlètes originaires de 73 pays de se rencontrer en Suisse mais aussi en France, dans le stade des Tuffes qui accueillait les compétitions de saut à ski, combiné nordique et biathlon. Cet été, place aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’été de Tokyo 2020. Du 24 juillet au 9 août pour les Jeux Olympiques, puis du 25 août au 6 septembre pour les Jeux Paralympiques. Tokyo verra, pendant un mois et demi, les regards du monde entier braqués dans sa direction, et saisira l’opportunité de mettre en avant la culture japonaise aux yeux de tous.

Les Jeux, une culture du partage

En 2020, Lausanne et Tokyo accueillent le monde, comme l’ont fait plus de 45 villes dans 21 pays depuis 1896. Dès la rénovation des Jeux Olympiques en 1896, les valeurs prônées par l’olympisme sont des valeurs de paix, de respect entre les peuples et d’amitié. La volonté du rénovateur des Jeux, Pierre de Coubertin, était dès le départ de permettre les interactions culturelles entre pays, et de partager les valeurs éducatives et universelles du sport. Faire découvrir ces notions aux nouvelles générations est la raison d’être d’événements comme les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ). Les JOJ sont calqués sur le programme des Jeux Olympiques, et rassemblent les jeunes athlètes, de 15 à 18 ans, venus du monde entier. Ils incluent des épreuves mixtes et plurinationales (les athlètes de nationalités différentes participent ensemble par équipe de trois, le classement final se fait sur la base de ces équipes), renforçant la notion de partage entre les cultures. Pour la première fois, à Lausanne 2020, une compétition olympique comptait autant d’athlètes féminins que masculins.

Une chance pour les athlètes

L’ouverture au monde que permet une manifestation telle que les Jeux Olympiques et Paralympiques marque à vie les premiers concernés, les athlètes. Le sport leur a permis de voyager, de rencontrer des cultures différentes et de partager : ils réalisent leur chance.

Michaël Jeremiasz, quadruple médaillé aux Jeux Paralympiques en tennis fauteuil :

« Le sport m’a permis de découvrir le monde tel qu’il est, et pas tel qu’on me le raconte. Et ça m’a permis de relativiser. »

« On oublie souvent qu’on est des privilégiés, quand vous voyagez dans le monde entier, vous réalisez ce qu’est la vie ailleurs aussi. Et le plus beau des enrichissements, c’est ce mélange de cultures, c’est d’avoir rencontré des gens qui parlaient des langues différentes, qui avaient des parcours de vie différents, qui avaient une façon de voir la vie différente de la mienne. C’est extrêmement enrichissant et c’est ce qui m’apporte le plus de plaisir encore maintenant ».


Perle Bouge, double médaillée paralympique en para aviron :

« J’aime bien voyager à travers le sport, c’est l’occasion de rencontrer des gens de différentes origines. On apprend différentes cultures, différentes langues… c’est cette diversité qui m’a permis de m’enrichir. »

« Je trouve que dans les pays d’Asie, ils sont très respectueux. Qu’ils soient dans la victoire ou la défaite, ils viennent saluer les gens. J’aime beaucoup cette culture où il y a un respect de la personne, un respect de la nature, un respect global. Surtout chez les Japonais d’ailleurs, j’ai beaucoup appris d’eux. »

« Le sport est universel, il est accessible à tout le monde. Je pense qu’il a le pouvoir de fédérer, et de véhiculer de belles images de solidarité, d’ouverture à l’autre, d’ouverture sur le monde, et c’est surtout ça qu’il faut garder parce que je pense que dans notre quotidien on en a besoin ».

Les élèves plongés dans la culture japonaise et l’olympisme

Associer la génération 2024 à ces valeurs est essentiel, et les initiatives prévues dans le cadre de la SOP en sont le meilleur exemple, et d’excellents moyens de faire découvrir aux élèves de nouvelles cultures, comme la culture japonaise.

Le collège Thomas d’Aquin de Flers, dans l’Orne, a concocté un programme bien rempli pour ses élèves, de toutes les classes, qui pourront découvrir à la fois les sports olympiques et paralympiques grâce au concours du Comité Départemental Olympique et Sportif et du Comité Départemental Handisport de l’Orne, et se plonger dans la culture japonaise, à travers les mangas, la littérature japonaise, des repas japonais.

La SOP, c’est un événement qui existe aussi à l’étranger, comme le prouve le Lycée Français International de Tokyo. La SOP s’ouvrira par une cérémonie au cours de laquelle les élèves défileront avec les élèves de l’école japonaise de Takinogawa, en présence de l’Ambassadeur de France au Japon. La semaine sera ensuite axée sur l’olympisme et la culture japonaise, grâce à de nombreuses activités et rencontres organisées au sein de l’établissement. Des athlètes viendront partager leur expérience, un concours photo sera lancé, les élèves découvriront des sports paralympiques populaires au Japon, et réaliseront des vidéos d’encouragement aux athlètes français et japonais.

En collaboration avec

Partenaires