on-bouge-plus-sop

On bouge +

Les jeunes perdent le réflexe de l’activité physique ? Transmettons-leur le plaisir de bouger, et encourageons cette habitude dès l’école, où s’acquièrent les savoirs fondamentaux. Parce que le sport est un formidable outil éducatif, soutenons tous les acteurs de terrain qui tissent les liens entre le monde sportif et le monde scolaire au quotidien, autour de rencontres et de projets concrets. Accélérons le mouvement, pour que la génération 2024 soit la plus sportive de l’Histoire de notre pays !

Les grands évènements sportifs ont toujours déclenché, chez les jeunes, l’envie de faire du sport, comme en témoigne la hausse des inscriptions en club. Mais trop souvent, cet engouement retombe peu après l’évènement. Le défi de Paris 2024 ? Faire que l’élan des Jeux de Paris 2024 soit porteur de changements durables.

Laurence Fischer
  • 87% des 11-17 ans bougent moins d’une heure par jour ; une activité physique  insuffisante selon l’OMS . La France est à la 119e place sur 146 pays[1].
  • Les 6 -17 ans passent en moyenne 4h11 par jour devant un écran.
  • 20% des adolescents français sont en surpoids[2].

Bouger un peu chaque jour, c’est simple et ça change tout :

  • Marcher, prendre l’escalier, jouer à la marelle, faire des étirements, danser… L’activité physique peut se pratiquer partout, n’importe quand, seul ou à plusieurs, sans équipement spécifique.
  • Même modérée, elle apporte de nombreux bénéfices aux enfants: pour leur  santé physique, leur bien être psychologique[3] et leur estime de soi.
  • L’activité physique favorise également les apprentissages : 20 minutes d’activité physique augmente l’activité cérébrale et améliore la performance cognitive jusqu’à 1 heure après l’effort[4].
  • L’activité physique est complémentaire de l’EPS : en encourageant les enfants à bouger chaque jour, on les aide à être plus à l’aise dans leur corps et plus à l’aise dans la pratique du sport.

Les recommandations de santé publique sont faciles à atteindre :

  • Pour les enfants de moins de 5 ans, il s’agit de bouger au moins 3 h/jour.
  • Pour les enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans, au moins 60 min/j d’activité physique d’intensité modérée à élevée sont recommandées.

Les solutions existent et les initiatives sont nombreuses

L’activité physique a toute sa place à l’école, et les résultats sont très positifs :

EN FINLANDE
Démarré en 2010 dans 45 établissements pilotes, le programme « Ecoles en mouvement »,  qui consiste à réduire le temps passé assis à l’école, et à encourager les jeux de plein air ou encore les pauses actives pendant la classe, concerne aujourd’hui 90% des écoles. Chaque école est en charge de développer la solution qui lui convient le mieux. Des formations et des échanges de bonnes pratiques sont mis en place pour accompagner les enseignants. 83% d’entre eux considèrent que cette mesure a permis d’instaurer un climat de sérénité qui facilite les apprentissages. 

AU DANEMARK
Depuis 2014, dans les écoles primaires, les enfants sont invités à pratiquer 45 minutes d’activité physique par jour. La généralisation de cette mesure est progressive et concerne aujourd’hui 6 écoles sur 10. Elle s’accompagne de formations et d’outils pour les enseignants.

EN FRANCE

Grand Défi « Vivez bougez » en Occitanie [5]
Inspiré du Canada, ce programme existe depuis 2012. Pendant un mois, les enfants participent à un défi actif : ils cumulent des « cubes énergie » pour chaque séance de 15 minutes d’activité physique. Les partenaires du projet proposent des temps d’activité physique partagée, tels qu’une zumba géante à la rentrée des classes ; une randonnée ; ou encore un tournoi sportif enfants/parents. A la clé, des relations renforcées entre les écoles, les clubs sportifs et les collectivités territoriales. 19.500 élèves issus de 151 écoles volontaires ont participé à l’édition 2019.

« Tous les jours, je marche ou je cours » à  St Laurent du Var [6]
Cette expérimentation a consisté à commencer les journées d’école par quinze minutes d’activité physique (essentiellement marche ou de course à pied), ou à organiser des pauses actives pendant la classe. Six groupes scolaires, soit 443 élèves de primaire, sont concernés. Le centre de ressource Azur Sport Santé met à disposition des enseignants des exemples de « routines actives ». Les impacts observés sur les enfants sont très positifs selon les enseignants, qui ont par ailleurs confirmé la facilité de mise en place.

Classes actives : 30 minutes d’activité physique par jour à l’école

Être en bonne santé et à l’aise dans son corps aide à bien apprendre, à développer sa confiance en soi et à développer le goût du sport. C’est le sens de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par l’Éducation nationale avec Paris 2024 et le mouvement sportif pour que chaque professeur puisse proposer à ses élèves 30 minutes d’activité physique quotidienne à l’école.

Ces 30 minutes quotidiennes ne se substituent pas aux 3 heures d’EPS obligatoires, qui permettent de transmettre des apprentissages spécifiques, indispensables à l’épanouissement des élèves et à la réussite scolaire. L’expérience débutera dès la rentrée de septembre 2020, sur la base du volontariat, de manière souple et adaptée à chaque classe. Des outils, qui vont être recensés avec la communauté éducative et le mouvement sportif durant les prochains mois, seront mis à disposition des enseignants volontaires pour les encourager et les aider à créer des habitudes actives 

En savoir plus sur l’expérimentation « Classes actives » 


[1] : Regina Guthold, Gretchen A Stevens, Leanne M Riley, Fiona C Bull, Global trends in insufficient physical activity among adolescents, novembre 2019 https://www.thelancet.com/journals/lanchi/article/PIIS2352-4642(19)30323-2/fulltext

[2] Nathalie Guignon (DREES), 2019, Études et Résultats, n°1122, Drees, août. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er1122.pdf

[3] Jewett, R., Sabiston, C. M., Brunet, J., O’Loughlin, E. K., Scarapicchia, T., & O’Loughlin, J. (2014). School sport participation during adolescence and mental health in early adulthood. Journal of Adolescent Health, 55(5), 640-644.

[4] HILLMAN, C. H., PONTIFEX, M. B., RAINE, L. B., CASTELLI, D. M., HALL, E. E., & KRAMER, A. F. – The effect of acute treadmill walking on cognitive control and academic achievement in preadolescent children, 2009

 [5] Le comité de pilotage de cette expérimentation associe : Epidaure, département prévention de l’institut du cancer de Montpellier ; le Rectorat de l’académie de Montpellier ; l’ARS Occitanie ; la DRJSCS Occitanie ; le Grand Défi Pierre Lavoie (GDPL)

[6] Expérimentation portée par la collectivité, la Conseillère pédagogique de circonscription et le corps enseignant en partenariat avec le Collectif Azur Sport Santé https://azursportsante.fr/initiatives/jebougealecole/

En collaboration avec

Partenaires